-10% SUR VOTRE 1ÈRE COMMANDE ! LIVRAISON EXPRESS 🚚 🇫🇷
L’origine du 420 dans le monde du cannabis

L’origine du 420 dans le monde du cannabis

de lecture

420 ! Si vous avez été en relation avec des fumeurs de cannabis invétérés, ou que vous suivez un peu l’actualité sur cette plante miraculée et miraculeuse, vous vous doutez un peu de sa signification. Australie, Nouvelle-Zélande, Londres, Slovénie, et même en France, ceux qui s’y connaissent un peu, de près ou de loin en chanvre, connaissent ce nombre. Quelle est sa vraie origine ? Est-ce qu’il y a une relation avec le nombre 42 des geeks ? À cause de tant de légendes urbaines qui ont circulé, ainsi que la médiatisation des réseaux sociaux, rien n’est plus sûr. On remonte l’histoire depuis le début pour vous dans les prochains paragraphes.

420 : un code qui signifie "cannabis"

420, le symbole du cannabis

Un nombre qui a fait naître beaucoup de légendes urbaines

Ces pères célèbres qui fument du cannabis 

Même si beaucoup de fumeurs dans le monde entier savent que 420 veut dire cannabis, chanvre, weed, herbe, beuh … Si vous cherchez ou louez un appartement « 420 compatible » cela voudrait dire que le logement doit permettre aux locataires de fumer de la marijuana sans crainte. L’engouement pour ce nombre est tel, que plusieurs bornes kilométriques américaines avec ce nombre se font voler si régulièrement, que l’une d’entre elles a été remplacée par 419.99. Cependant, tout le monde ne connaît pas vraiment le mystère qui tourne autour de son origine.

De nombreuses rumeurs sont nées pour expliquer l’origine du nombre 420 dans la culture cannabique. Certains vont même jusqu’à évoquer une possible relation avec 42, un nombre qui est quant à lui plus connu chez les geeks. Ce qui peut sembler vrai, quand on sait que de nombreux anciens intellos devenus célèbres et riches sont connus actuellement pour avoir des liens avec cette plante. On sait par exemple que Bill Gates a voté pour la légalisation du chanvre dans l’État où il réside, à Washington.

Des entreprises sur le cannabis avec le nombre 420

Microsoft investit dans la weed et augmente son cool factor

Aujourd’hui, beaucoup de startups françaises (et dans le monde) incluent le nombre dans leur dénomination. C’est aussi le cas de plusieurs sites Internet, des magazines, ou de certains évènements liés à la consommation ou à la production de la « weed ».

Il faut dire que beaucoup d’investisseurs croient en l’avenir de cette plante et des produits qui en dérivent. Microsoft a aidé à la mise en place d’un outil permettant le suivi de la circulation des graines de cannabis dans plusieurs états américains, dans lesquels la consommation est plus ou moins autorisée sous certaines conditions.

Sur le territoire Français, de nombreuses boutiques en ligne vendent aujourd’hui des produits à base de cannabis light (sans THC). Le plus grand campus de startup au monde, la prestigieuse Station F, qui fait office d’accélérateur de projet et d’accompagnateurs pour les entrepreneurs, a participé au lancement de Ho Karan. Cette dernière est une entreprise spécialisée dans les cosmétiques à base de chanvre, ou de Cannabis Sativa. 

Les théories sur la signification du nombre 420

la vérité sur la signification de 4:20

Le code de la police

code police

Les voitures de police ont l’habitude de communiquer avec le poste de commande en utilisant des codes, permettant d’aller plus vite. Une des légendes urbaines concernant le terme stipule que les forces de l’ordre disent "420" pour signaler une infraction ou un crime en relation avec le cannabis. Par exemple, des jeunes en train de fumer dans une ruelle, ou un dealer identifié qui se promène dans les rues.

Mais ce mythe est vite vérifiable et il est complètement faux, après une enquête auprès des policiers américains. Pour eux, ce nombre est plutôt à relier à un homicide. On ne sait pas vraiment comment cette rumeur a commencé. En plus, on imagine mal que les fumeurs de l’ancienne époque puissent utiliser le même code que leurs « poursuivants » pour désigner quelque chose que l’on faisait en cachette.

Le nombre de principes actifs dans le cannabis

Le cannabis est revenu sur le devant de la scène internationale avec une connotation médicale dans certains pays. Les scientifiques se sont planchés sur les composants de la plante depuis assez longtemps pour que l’on puisse en effet affirmer qu’il y en a des centaines. Il y a des cannabinoïdes, dont les plus connus sont le THC (tétrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol). Dans la même trempe, on a le CBG (Cannabigérol), le CBL (Cannabicyclol) , le CBV (Cannabivarol) … Puis il y a les terpènes : le limonène, le myrcène, le pinène … Sans oublier les flavonoïdes qui peuvent varier d’une variété à une autre.

Quelques pseudo-scientifiques qui veulent faire l’intéressant devant des jeunes fumeurs racontent donc qu’il y aurait 420 principes actifs dans le chanvre. Dans la réalité, ce n’est pas du tout vrai, les scientifiques s’accordent à dire qu’il y en a sûrement plus, même si on n’a pas encore réussi à tous les identifier. Ceux qui ont été synthétisés et isolés n’atteignent pas non plus ce nombre.

Le meilleur jour pour planter du cannabis ?

La culture du cannabis pour un usage personnel ou lucratif s’est bien développée malgré une législation répressive dans le monde entier. Internet a bien facilité le partage des connaissances dans les années 2000, ainsi que la vente des graines. Tout le monde s’est improvisé planteur chez lui, que ce soit dans son jardin ou dans un placard aménagé.

Une autre légende urbaine est née à cause des cultivateurs en herbes qui affirmaient à tort et à travers que le 20 avril (4/20 en anglais) est le meilleur jour pour faire pousser la plante. Cependant, les botanistes qui s’y connaissent ne sont pas dupes. On peut bien commencer à faire germer les jeunes pousses bien avant cela, dès que le climat le permet. Cela veut dire dès la moitié du mois de mars dans les zones chaudes où il ne risque plus de geler. En plus, cette date est seulement réservée à l’hémisphère nord, dans le sud, il faut plutôt planter vers la fin de l’année, à partir d’octobre ou de septembre.

Une coïncidence avec le nombre 42 des Geeks ?

Le 42 un nombre de geeks ?

Il faut savoir que les geeks aussi ont un nombre « fétiche » : le chiffre 42. Force est de remarquer que celui-ci est à un zéro près du 420, ce qui pourrait facilement faire penser à une relation entre les deux.

Le « nombre des intellos » peut avoir beaucoup d’explication pour un fanatique de calculs et d’informatique. Lors des olympiades de mathématiques, 42 est le nombre maximal que l’on peut gagner. C’est également le nombre de carrés contenus dans le logo de l’entreprise de Bill Gates (encore lui !).

Pour les geeks fans de séries et de cinéma, les clins d’œil au nombre sont également très nombreux. On peut par exemple citer que c’est le numéro de l’armure finale d’un certain Iron Man (alias Iron Man), ou encore la valeur fétiche du Docteur House.

En France, 42 est le nom d’une école spécialisée en nouvelle technologie, fondée il y a quelques années par le milliardaire informaticien Xavier Niel et son associé Nicolas Sadirac. Koh Lanta (même si ce n’est pas une émission de geeks) dure 42 jours.

Les allusions à ce nombre sont encore très nombreuses chez les intellos, mais en gros, un geek répond par ce nombre quand il ne connaît pas la réponse à une question. Si vous demandez à Google « quelle est la grande question sur la vie, l’univers et le reste ? » (traduit de l’anglais « The Ultimate Question of Life, the Universe and Everything ») le moteur de recherche répondra « 42 ». C’est le cas aussi d’autre application du même genre.

Est-ce qu’il y a une relation entre les Geeks et les hippies ?

Petit déjeuner dans la communauté de Langton Labs : les pensionnaires échangent idées et conseils

Vers la fin des années 60 et dans le début des années 70, les geeks et les hippies beaucoup plus de choses en commun que l’on imagine. Les premiers étaient marginalisés, à cause de leur intelligence mal comprise, tandis que les seconds étaient pointés du doigt à cause des croyances sur le cannabis.

Mais les similitudes vont encore plus loin, car on sait aujourd’hui que de nombreux « intellos » de l’époque ont pris des substances psychoactives dans leur jeunesse. Steeve Jobs l’a clairement avoué dans sa biographie, disant également avoir testé les effets du LSD. On soupçonne aussi Bill Gates d’avoir gouté aux joies du cannabis dans sa jeunesse, même s’il ne l’a pas encore avoué de vive voix. Mais quand un journaliste lui pose directement la question, l’un des hommes les plus riches du monde s’abstient de répondre. Certains diront que ce n’est pas une preuve en soi, mais s’il ne l’a pas fait, ce serait sans doute plus simple de dire non, vous ne croyez pas ?

La relation entre 42 et 420

On n’a pas besoin d’être un génie informaticien ou incollable en mathématique pour savoir que 42 multipliés par 10 donnent le nombre 420. Les plus farfelus vont jusqu’à dire que la plante a besoin de 42 cycles lunaires de la mise en terre de la graine jusqu’à la floraison. Ce qui fait environ 10 mois, et on multiplie les deux. Une durée qui pourrait s’avérer véridiques pour certaines variétés de Cannabis Sativa, mais qui n’est pas du tout de mise pour des espèces Indica modernes dont les fleurs apparaissent dès le sixième mois.

C’est tellement tiré par les cheveux comme explication qu’elle n’est pas prise au sérieux par les cultivateurs, d’autant plus que les geeks se seraient donné un peu plus de mal que cela pour trouver un nom de code pour la plante. Cependant, on peut aisément s’imaginer que le groupe des intellos arrive rapidement à comprendre la signification du 420. Comme le reste de l’école aussi, puis toute la jeunesse californienne des années 70.

Geeks et hippies de Californie

Dans tous les cas, les geeks se sont procurés de l’herbe chez les hippies, qui achetaient leur stock en gros, et pouvaient se faire un peu de marge en revendant le produit aux autres jeunes. D’ailleurs, beaucoup de scientifiques, dont certains ayant reçu un prix Nobel, déclarent ouvertement que consommer du cannabis les avait aidés à « s’ouvrir l’esprit ».

Ce qui fait réfléchir, c’est que la Californie se trouve être le berceau de beaucoup de variétés de chanvre célèbres. C’est aussi un État américain très connu pour ses breeders, dont certains sont considérés aujourd’hui comme la crème des cultivateurs « Oldschool ». Notamment de Sam The Skunkman et des Haze Brothers, dont le nom fait encore parler de nos jours.

C’est bien une coïncidence assez suspecte quand on sait que La Mecque de l’informatique et des nouvelles technologies, le domaine des geeks en quelque sorte, la Silicon Valley se trouve dans ce même État. Un endroit où siègent des noms aussi prestigieux que Google, Apple, Yahoo, Facebook, Tesla …

Alors même si le 42 des Geeks n’est pas vraiment lié au 420 dans la signification, il faut savoir que les deux mondes ont beaucoup de points en communs. Des échanges culturels ont sûrement eu lieu entre les différents groupes de jeunes d’une même génération. Et cela, même si le mode de vie et les ambitions ont abouti à des chemins différents.

La signification de ce nombre pour les geeks

C’est un nombre qui apparait pour la première fois dans une série radiophonique qui rencontre un succès immédiat à sa sortie en 1978. Un récit écrit par Douglas Adams, qui fut adapté en roman par la suite, puis en film. Le titre était : « Le guide du voyageur galactique ». Selon l’histoire, les héros ont demandé à un ordinateur superpuissant la réponse à « grande question sur la vie, l’univers et le reste ». Après des millions d’années de calculs, la machine a répondu « 42 ».

Quand on demande à l’auteur ce qu’il avait derrière la tête au moment où il a écrit son scénario, il explique que c’est un pur hasard. Cependant, comme celui-ci ne l’exprime publiquement que tardivement dans les années 90, de nombreuses théories ont déjà fait leur chemin.

La vérité sur l’histoire du nombre 420 dans le monde du cannabis

Un code de jeunes Lycéens californiens

Même après la révolution contre-culturelle de la fin des années 60, symbolisée par le festival de Woodstock et ses 450 000 personnes, la légalisation de la Marie Jeanne n’était pas encore un sujet de discussion chez les politiciens américains. Il fallait se cacher pour fumer, surtout des parents et des grandes personnes. Les jeunes qui en fumaient devaient adopter un langage moins suspect pour désigner l’objet de leurs réunions journalières de 4 heures 20. En anglais américain on prononce seulement les chiffres quand on dit l’heure.

Cette explication est la plus plausible, et celle qui est reconnue par le monde du cannabis « officiel » comme étant l’étymologie du nombre 420. Toutes les autres histoires ne sont qu’à dormir debout, colportées par des fumeurs qui ont entendu parler du terme, sans en connaître le véritable sens.

Les bébés contre les Waldos

bébé vs Waldo

Cependant, il reste quand même un certain mystère autour du groupe d’origine qui a inventé le code. Deux parties se disputent le trophée, les « Bébés » et les « Waldos », même si la notoriété de ces derniers semble leur donner raison.

En effet, des journalistes de différents médias américains très connus ont fait l’enquête, s’accordant globalement sur le fait que les Waldos ont créé l’appellation. Cependant, leurs antagonistes affirment le contraire, en rajoutant que leurs « adversaires » n’ont pas dit la vérité. Tout ce que l’on sait, c’est que les deux bandes appartenaient à la même région, à la même époque.

Selon les « Bébés », l’histoire racontée par leur opposant est complètement fausse. Celle-ci dit que les jeunes avaient pour habitude de se retrouver à l’heure dite, pour chercher en semble une plantation abandonnée hâtivement par un mystérieux cultivateur. Un champ qui n’a jamais été retrouvé d’ailleurs.

Les Grateful Dead

Un membre des Waldos est devenu proche d’un groupe de musique célèbre originaire de Palo Alto (dans la même région où se trouvent actuellement le réseau social Pinterest et la société informatique Hewlett-Packard, les Grateful Dead. Des artistes qui ont joué lors du festival de Woodstock, effectuant une performance mythique avec une chanson qui a duré plusieurs dizaines de minutes. Ce collectif fortement anti conformiste et partageant des idées de contreculture, a fortement contribué à faire voyager le 420 dans différents lieux des États-Unis, lors de leurs tournées.

L’heure internationale pour fumer du cannabis

Chaque fois qu’il est 4 h 20 de l’après-midi …

Partout, dans les quatre coins du monde, il y a sûrement quelqu’un en train de s’allumer une tige de cannabis, ou de se faire un bong. C’est en quelque sorte l’heure universellement reconnue par les consommateurs de la plante.

Une autre légende urbaine est aussi née à cause de ce timing : ce serait l’heure où les récepteurs du système endocannabinoïdes du corps humain seraient les plus sensibles. Cela aurait pour effet d’optimiser les effets de la plante sur l’organisme, et de ressentir des sensations plus intenses.

Jusqu’ici, aucune étude scientifique ne va dans ce sens, mais comme nous le verrons dans le prochain paragraphe, 4 heures 20 de l’après-midi est un moment stratégique pour la consommation de chanvre indien, pour au moins deux raisons.

Le meilleur moment de la journée pour fumer du cannabis ?

Pour un ado du lycée, fumer un joint le matin avant d’aller en cours augmente fortement le risque de se faire remarquer par ses professeurs : les yeux rouges ou gonflés, l’air hagard et somnolent … Surtout qu’avant, les variétés riches en THC étaient les plus répandues, avec un effet psychoactif certain.

En fumant à 16 h 20, la plupart des cours sont terminés pour les jeunes adolescents américains. D’ailleurs, si le rendez-vous des jeunes de l’époque était fixé à cette heure, on peut bien imaginer que ce n’est pas pile au moment où la cloche sonne, mais quelques minutes après, pour se donner le temps de rejoindre les lieux.

En plus, ce moment de la journée est aussi idéal pour donner le temps aux effets et à l’odeur de se dissiper, quand on va rentrer à la maison et affronter le regard des parents. Les jeunes avaient ainsi moins de chance de se faire questionner sur leur état d’ébriété aux environs de 19 ou 20 heures.

La journée internationale pour la légalisation du cannabis

Marche à Madrid en 2004.

Une journée spéciale pour le cannabis récréatif

Si le nombre est devenu l’heure universelle pour fumer ou consommer de la marijuana dans le monde, certaines personnes ont aussi pensé à une journée annuelle pour la légalisation. Rien de plus logique que de choir le 20 avril, qui s’écrit également 4/20 en Anglais, et se prononce « four twenty ».

Une date retenue par les mouvements de légalisation

Cependant, il y a de nombreux mouvements qui luttent pour l’assouplissement des règles sur la consommation des produits issus de la plante. Certains sont des gens qui militent pour une utilisation médicinale du chanvre et de ses dérivés. D’autres vont bien plus loin, comme le militant chevronné nommé Jack Herer, surnommé l’empereur du chanvre. Ce dernier affirmait que le chanvre pourrait sauver le monde, que ce soit de la malnutrition ou du réchauffement climatique.

Des évènements organisés à travers le monde

Manifestation pour le cannabis à l’extérieur de la Knesset

Aujourd’hui, le 20e jour du mois d’avril est convenu comme étant la journée internationale de la lutte pour la légalisation du cannabis. De nombreuses expositions ont lieu dans les quatre coins du monde, pour montrer le potentiel de cette plante sur la santé et au niveau industriel, ainsi que sur l’environnement. Il y a des compétitions qui mettent en valeur les créateurs de variétés et récompensent les cultivateurs les plus méritants.


Recevez nos articles dans votre boite email.