CBD 100% BIO
Le système endocannabinoïde du corps humain (SEC)

Le système endocannabinoïde du corps humain (SEC)

de lecture

Dans les cours de science de nos années lycées, on se souvient sûrement du système digestif et du système nerveux, système vasculaire, mais on ne nous a pas parlé du système endocannabinoïde. La raison est que ce dernier est découvert seulement à la fin des années 80, pourtant, il est présent chez tous les mammifères, et quelques autres familles d’animaux.

Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ou SEC ?

Les scientifiques découvrent le système endocannabinoïde en faisant des recherches sur les effets du THC sur le corps humain. Ils ont remarqué que la molécule avait des récepteurs spécifiques disséminés dans le cerveau et un peu partout sur le corps. La plupart sont dans le système nerveux. Cela veut dire que l’organisme possède un système qui réagit au CBD (cannabidiol), au CBG (cannabigérol) et une centaine d’autres cannabinoïdes présents dans les fleurs de cannabis.

La présence des cellules réceptrices laissait supposer la présence de molécules endogènes, ou produites en interne, qui interagissaient avec celles-ci. En fonction de la molécule qu’elle reçoit, le système endocannabinoïde agit sur plusieurs fonctions biologiques. Par exemple, le CBD peut agir sur le stress ou l’envie de dormir,  tandis que le CBG pourrait agir sur l’appétit et le THC sur la relaxation. L’homme n’est pas le seul à posséder le SEC, car tous les mammifères en sont dotés, comme certains poissons et reptiles.

Quels sont les composants du système endocannabinoïde ?

Les premiers composants identifiés du système endocannabinoïde du corps humain sont les récepteurs, appelés communément CB1 et CB2. Ce sont des terminaisons nerveuses qui réagissent à la présence de phytocannabinoïdes apportés par les fleurs de cannabis. Quand ces cellules réceptrices sont activées, elles produisent des effets sur l’organisme.

Les seconds composants du SEC sont les endocannabinoïdes, qui se fixent sur les terminaisons nerveuses de type CB. Le corps en produit sûrement plusieurs sortes, mais jusqu’ici les scientifiques en ont seulement identifié 5 sortes. Les anandamides, qui sont au nombre de trois, ainsi que le 2-arachidonoyl (abrégé en 2-AG) et le 2-AG éther. Ce sont des neurotransmetteurs « fabriqués » par les cellules gliales du système nerveux central, les atrocytes, et par certains neurones.

Quand les endocannabinoïdes ont terminé leurs tâches, elles doivent être éliminées naturellement par le corps humain. Ce rôle est assuré par des enzymes spécialement conçues pour cet effet. Les anandamides sont dégradés par l’acide gras amide hydrolase, tandis que les 2-AG sont détruits par la lipase acide monoacylglycérol.

Où sont situés les récepteurs du SEC ?

Les récepteurs CB1 sont principalement localisés dans le cervelet, l’hippocampe, le cortex, les terminaisons présynaptiques, ainsi que dans les ganglions. On en trouve aussi dans le prolongement cellulaire de certains neurones destinés à transmettre un influx nerveux.

Les récepteurs CB2 sont plutôt situés vers le système nerveux périphérique, ce qui inclut notamment le système immunitaire. Ce qui fait qu’on peut en rencontrer dans la rate par exemple, entre autres.

En gros, le système endocannabinoïde de l’homme est « connecté » à de nombreuses fonctions importantes dans le cerveau, tout en étant relié à notre immunité contre les maladies. Selon les chercheurs, il pourrait encore exister des récepteurs ou des endocannabinoïdes qui n’ont pas été découverts. Les recherches sont donc encore à faire sur le sujet.

La différence entre endocannabinoïde et phytocannabinoïde

Le corps est donc capable de produire ses propres cannabinoïdes, ce qui leur a valu le terme d’endocannabinoïdes, car ils sont produits de manière endogène. Par opposition, ceux qui sont produits par la plante de chanvres, ou d’autres plantes comme le houblon sont appelés les phytocannabinoïdes.

Pour absorber ces molécules externes, on peut utiliser plusieurs modes d’administration :

  • Par voie orale : avec un bonbon au CBD ou une tisane au CBD. Le cannabinoïde passe alors par le système digestif avant d’être transporté par le sang vers les récepteurs CB1 et CB2. Il est aussi possible de cuisiner les fleurs de CBD ou la résine de CBD.
  • Par voie cutanée : les phytocannabinoïdes peuvent être absorbés par la peau.
  • Par les muqueuses : les muqueuses buccales permettent d’ingérer les principes actifs extraits de la plante de cannabis. Par exemple, quelques gouttes d’huile d’extrait de chanvre broad spectrum sous la langue et vous pouvez en ressentir les effets au bout d’une dizaine de minutes.
  • Par les poumons : vous pouvez profiter des effets énergétiques de l’Amnesia en mettant les fleurs de cannabis dans un vaporisateur. Dans le milieu récréatif, on utilise aussi la pipe ou le papier à rouler pour cigarette, mais ce mode de consommation est déconseillé pour la santé.

Quel est le rôle du système endocannabinoïde dans le corps humain ?

Vu la localisation des récepteurs du SEC dans le corps humain, c’est-à-dire dans le système nerveux (cellules du cerveau et cellules nerveuses périphériques) et dans le système immunitaire (rate, ganglions …), les scientifiques ont pu le relier à diverses fonctions biologiques :

  • Mécanisme de la douleur
  • Mécanisme antiinflammatoire
  • L’humeur
  • Les fonctions de la peau et des nerfs
  • La croissance osseuse
  • La réponse immunitaire aux maladies
  • La formation des muscles
  • Les fonctions hépatiques
  • Les fonctions digestives et le métabolisme
  • La régulation du sommeil
  • La résistance au stress

Comment le SEC réagit avec le cannabidiol ou CBD ?

Les cellules réceptrices réagissent différemment à chaque cannabinoïde qui les active. C’est ce qui fait que les variétés de cannabis possèdent des effets qui leur sont propres. Des fleurs de chanvre comme la Watermelon Cookies avec 16 % de CBD n’a pas le même effet que de la résine Afghan Dry Extract avec un taux de cannabidiol à 22 %.

Il n’y a pas que la concentration en phytocannabinoïdes dans la plante, mais aussi de leur diversité et leur action synergique. Par exemple, le THC consommé de manière isolée n’a pas le même effet quand il est mélangé avec du CBD, et cela change encore quand on rajoute du CBG.

Et il ne faut pas non plus oublier les terpènes, des hydrocarbures végétaux qui sont aussi présents dans le cannabis. Ces substances ont des effets modulateurs sur l’assimilation des cannabinoïdes par le SEC de notre corps.

Il faut savoir que chaque personne possède un système endocannabinoïde unique, car cela dépend de plusieurs facteurs :

  • Le nombre de ses cellules
  • Les habitudes alimentaires
  • Le poids
  • La génétique
  • L’état de santé
  • L’âge

Ce qui veut dire que tout le monde réagit différemment au CBD et aux autres cannabinoïdes.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.